Les astuces beauté d’une danseuse du

Crazy Horse



Chaque année, les danseuses du Crazy Horse utilisent 2500 paires de bas, 500 litres de maquillage de corps et 300 tubes de rouge « Crazy ». Des créatures objets de tous les fantasmes, mais qui restent avant tout des femmes comme les autres.

Nous avons rencontré l’une d’elles, Décadence. Entre une pose de faux-cils et la mise en place de la mythique perruque, l’artiste au corps idéal nous livre ses astuces beauté pour se sublimer et nous dévoile une partie de son quotidien dans ce lieu parisien emblématique. Zoom.

Une danseuse du Crazy Horse dévoile ses secrets beauté :


Depuis combien de temps portez-vous ce nom ?

Je porte ce nom depuis un an et demi, date à laquelle je suis arrivée au Crazy Horse. Pour le processus, ce sont les shows managers qui attribuent les noms mais j’ai le choix de refuser la première proposition. Sinon, on m’impose la deuxième. Mais le nom que l’on nous donne est unique : on ne l’utilise jamais deux fois.

Pourquoi vous a-t-on donné le surnom de Décadence, à votre avis ?

Avant, j’étais danseuse classique, avec un visage innocent … Une danseuse classique qui passe de l’Opéra au Crazy Horse, c’est la décadence. C’est la raison pour laquelle j’ai hérité de ce surnom.

Racontez-nous votre parcours…

J’ai commencé la danse classique à 12 ans, avant d’atterrir au Conservatoire Supérieur de Paris de 15 à 19 ans. Puis, à la fin de mes études, j’ai directement intégré le Crazy Horse.

Que représente ce lieu pour vous ?

Honnêtement, pas grand-chose pour moi. J’ai passé les auditions sans grande conviction, je ne connaissais même pas le lieu, juste vaguement son nom. Au départ, il s’agissait d’un petit boulot pour l’année et, finalement, je  ne l’ai plus jamais quitté.

Quelle est la différence, selon vous, du Crazy Horse face aux autres concurrents de la scène parisienne (Moulin Rouge, Lido…) ?

Son côté intime, qui révèle la beauté de la femme à l’état pur : car elle est bel et bien le bijou du spectacle.

Concernant votre féminité, qu’est-ce-que ça fait d’être l’une des filles du Crazy Horse ?

On a beaucoup de mal à le réaliser, c’est complètement incroyable … On le vit forcément bien !

Avez-vous plus de succès avec les garçons ?

Bien sur !  Lorsqu’on annonce qu’on est une danseuse du Crazy Horse, ça attire un petit peu l’attention mais on reste des femmes comme toutes les autres, simples naturelles. Et qui vont chercher le pain tous les jours. !

La frange, c’était avant ou après le Crazy Horse ?

Je me suis coupée la frange juste une semaine avant l’audition, j’avais envie de changement … Pourtant, je n’avais même pas encore reçu de coup de fil pour passer l’audition !

A quoi ressemble l’allure d’une fille du Crazy Horse ?

Déjà, elle est très cambrée ! Très bien proportionnée, avec de longues jambes, une poitrine de taille moyenne, des fesses bien rondes … L’important est que l’ensemble soit harmonieux et que la fille fasse entre 1.68m et 1.72m.

Qu’est ce qui fait qu’aujourd’hui, dans la vie de tous les jours, vous êtes une fille du Crazy Horse ?

La démarche et la confiance en soi. Travailler au Crazy Horse aide énormément à développer des deux points !



Quel est l’ADN make-up du Crazy Horse ?

On a toutes les mêmes produits et on se maquille nous-mêmes, avec rouge à lèvres et crayon obligatoires. Pour le reste, on est généralement libres de faire ce qui nous plaît, en fonction de notre visage.

Et la coiffure ?

La frange est obligatoire, avec un beau brushing lisse.

La première fois que vous avez enfilé la perruque ?

C’était l’un des modèles noirs, et ça m’a fait vraiment bizarre … Le premier soir m’a laissé un souvenir inoubliable. Ce n’est pas très compliqué à mettre, mais ça prend un peu de temps. Il faut avoir le coup de main !

D’où vient cette coupe de cheveux si emblématique du Crazy Horse ?

Je crois qu’il s’agissait d’un fantasme d’Alain Bernardin (le fondateur du Crazy Horse, ndlr), qui a vraiment défini tous les critères de beauté des filles du Crazy Horse, en imposant sa vision de la beauté de la femme. Selon lui, le carré met en valeur le visage.

Quels sont vos secrets de beauté au quotidien ?

Pour une bonne mine, bien se démaquiller puis hydrater au maximum. Et  faire un gommage deux à trois fois par semaine. Pour rester en forme, il n’y a rien de mieux que le sport. Pour ma part, je continue à pratiquer la danse classique et à faire de la gymnastique de temps à autres, même si travailler au Crazy Horse, c’est déjà du sport !

Votre conseil pour se sentir sexy ?

Avoir confiance en soi, c’est important. Mettre ses qualités en valeur et camoufler au mieux ses défauts.

Les chansons sur lesquelles vous aimez danser ?

Upside Down, Scaner, Time of my Life…

Votre film préféré ?

Tous ceux avec Julia Roberts et Audrey Hepburn (en particulier « Diamants sur canapé »).

Votre péché mignon ?

Le chocolat !

Votre modèle de femme ?

Audrey Hepburn.

 
Burger Close chevron Bag Search User
FEELUNIQUE utilise des cookies pour améliorer votre expérience; ils nous aident à vous montrer du contenu et des annonces pertinents. En fermant cette case, vous acceptez notre utilisation des cookies .